Japan Expo Paris - 4 au 7 Juillet 2019 Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte
Rejoignez-nous ! 231 Jours 18 : 37 : 0
Publicité
Information

Le 18e Impact, une invitation au voyage

Japan Expo vous ouvre les portes de la culture japonaise, TOUTE la culture japonaise et ça inclut évidemment la culture traditionnelle. Entre voyage intemporel et changement de décor, de la musique au théâtre en passant par l’artisanat, place à l’évasion !

Publié le

L'album photo culture & traditions du festival

Arts de la scène

Rendez-vous des amateurs d’arts traditionnels japonais, de folklore et de performances scéniques dépaysantes, Japan Expo vous offrait près de 50 spectacles traditionnels, soit plus de 24 heures de programmation.

132 artistes se sont relayés sur les scènes du festival, et en particulier sur la scène Sakura. Celle-ci rappelle les scènes de kabuki par son hanamichi, une avancée prolongeant la scène sur le côté. Les artistes traditionnels ont ainsi contribué à vous ouvrir une fenêtre sur le Japon d’hier et d’aujourd’hui.

À Japan Expo, le voyage se fait toujours en musique ! En suivant le rythme des taiko, les mélodies du shamisen et les harmonies du koto, le visiteur découvre un nouvel univers. Et vous avez été nombreux à succomber aux airs de nagauta de la joueuse de shamisen et chanteuse à la voix crystalline Fuka MARIWO. Elle redonne un coup de jeune à ce genre musical qui accompagne souvent le théâtre kabuki et les danses traditionnelles buyô lors de son show Nagauta Pop Live!. Gaho TAKAHASHI, joueuse de koto virtuose, vous faisait découvrir le son délicat de cet instrument à cordes de soie. MisaChi, jeune prodige du chant folklorique, vous a elle aussi fait voyager au cœur du Japon traditionnel au son de sa douce et puissante voix.

D’autres musiciens apportaient une touche actuelle à la musique traditionnelle. Entre folklore et modernité, Tokyo-rickshaw est un groupe de shafu, des tireurs de pousse-pousse, qui fait visiter le quartier historique d’Asakusa à Tokyo aux touristes. En 2015, ils se sont lancés dans la musique, en plus de leurs activités de shafu qu’ils n’ont pas arrêté pour autant. Ils sont venus vous faire écouter leurs ballades pop et vous ont aussi invité à faire un tour dans leur pousse-pousse pendant le festival ! Les séances photos étaient aussi au programme devant un décor d’Asakusa.

 
 

Dans un style totalement différent, le duo Kazumasa & AKIRA vous proposait un mélange de tsugaru shamisen (une variante régionale plus rythmée que le shamisen classique) et de beatbox. Les mélodies mêlant sonorités traditionnelles et jazz ou hip-hop se sont enchaînées lors de leurs shows Sharakü. Un autre duo 100 % shamisen, KUNI-KEN, se produisait pour la première fois en Europe devant vous sur des airs de rock. La musique folklorique traditionnelle se prête décidément merveilleusement à tous les mélanges et NeoBallad l’a aussi prouvé avec son show techno-rock-folk !

Certains artistes se proposaient de vous apprendre quelques rudiments de leur art. La flûtiste Nozomi KANDA vous accueillait sur son stand pour des démonstrations de shinobue, une flûte de bambou traditionnelle, et des initiations. La troupe de Tsunagari Taiko Center se prêtait aussi au jeu. Sur scène et sur leur stand, ils vous invitaient à découvrir le taiko (tambours traditionnels) et l’awa odori

La danse est aussi une composante très importante du folklore japonais. Elle accompagne la majorité des festivals et des fêtes traditionnelles. L’awa odori se pratique lors du festival du même nom célébré du 12 au 15 août au Japon, pendant la période du O-bon, commémoration bouddhiste honorant les esprits des ancêtres. En plus de Tsunagari Taiko Center, la troupe Takarabune, premiers danseurs d'awa odori professionnels du Japon, était là aussi pour vous emmener dans ces chorégraphies dont le nom signifie littéralement danse de fous. Ils redonnent à l’awa odori un coup de jeune dans une ambiance pleine d’énergie et d’euphorie.

Dans un style plus subtil, le nihon buyô vous livrait ses secrets avec la troupe Mutsumi Shuzuki Shachû, une danse délicate qui se pare des mille et une couleurs des kimono des danseuses. Au son de sa voix et au rythme de sa danse, .ekotumi. redonne vie au Kojiki, le plus ancien écrit du Japon. Elle vous a transporté dans les histoires du Japon d’antan avec une touche de modernité pop. Enfin, la troupe Yoshiwara Kitsune Shachû interprétait pour vous sur la scène de l’espace WABI SABI le Yoshiwara Kitsune, une danse souvent associée au nouvel an, vêtus de kimono aux couleurs chatoyantes et de masques de représentant des renards. Yosakoi Paris Hinodemai, troupe française bourrée d’énergie, vous faisait quant à elle découvrir la danse yosakoi.

 
 

Certains artistes se plaisaient à mêler musique, danse et arts martiaux, et parfois encore plus ! La troupe Aki Hiroshima Busho-Tai vous racontait sur scène l’histoire du célèbre samurai Motonari MOURI et de ses compagnons : un bond de 450 ans en arrière, à l’époque sengoku (l’époque des "provinces en guerre") entre rock, danse et jeux de sabres. Haten Kohro interprétait des combats de samurai chorégraphiés aux sons de chants folkloriques arrangés sur du métal. Deux shows vivifiants !

Les pinceaux de Yasuda MAI ont dansé en rythme avec les lames de Ninja Kagerô : calligraphie, arts du ninja et kenbu – danse traditionnelle du sabre – ont livré une performance envoûtante. Dans un style proche de la comédie musicale, 30-Delux a mis en scène le chanbara et même invité le public à s’y essayer.

Futuriste, le show de KAIEN vous transportait dans une autre dimension, entre musique, danse, jeux de lumière et hologrammes : un nouvel univers s’est ouvert à vous.

Et pour soutenir tout ce beau monde, les oendan de Gamushara étaient toujours prêts ! Ces vrais supporters comme on en voit dans les anime – les moins jeunes se souviendront du Collège fou, fou, fou – étaient là pour vous encourager et surtout pour vous offrir un spectacle comme on en voit peu !

Pour les amateurs de théâtre, deux évènements permettaient d’en savoir un peu plus sur deux genres du théâtre japonais. La Bibliothèque nationale de France décryptait pour vous les maquillages de kabuki, mettant en évidence leur influence sur la pop culture à travers des estampes issues de ses collections, le Rouleau des modèles secrets de kumadori de la famille Ichikawa (fin du 19e siècle). 

La comédienne Izuru AMASE vous éclairait sur un genre moins connu dont certaines caractéristiques rappellent pourtant le kabuki : Takarazuka. Là où le kabuki est traditionnellement joué par des comédiens masculins uniquement, certains d’entre eux étant spécialisés dans les rôles féminins, la compagnie Takarazuka ne compte que des femmes. À l’instar du kabuki, certaines comédiennes sont spécialisées dans les rôles masculins, comme Izuru AMASE. Elle était accompagnée d’une autre comédienne pour vous faire découvrir le théâtre Takarazuka et vous en faire quelques démonstrations. 

Arts & artisanat

WABI SABI, ce sont des valeurs esthétiques, une beauté imparfaite, incomplète et éphémère, mais aussi une série d’expositions présente à Japan Expo depuis 2011. Pour la septième année consécutive, l’exposition WABI SABI vous présentait les arts et l’artisanat japonais, un monde qui se révèle autour d’objets délicats fabriqués par des artisans venus partager leur passion. Elle s'étendait cette année sur 840 m²

 
 

Plus de 50 d’artisans étaient présents pour vous faire découvrir les charmes de la céramique, la calligraphie, ou la peinture. Des photographes montraient leurs travaux, tout comme des artisans fabricant des maquettes de décors miniature, des objets en tissu, des kimono, des masques, des éventails et bien d’autres objets.

Certaines villes japonaises avaient un stand sur l’espace WABI SABI et leurs mascottes n’ont pas hésité à venir se montrer, notamment sur la scène. 

Si les calligraphes exposaient leurs œuvres sur l’espace WABI SABI, certains se produisaient aussi sur scène, faisant de leur art de véritables performances. Avec son spectacle Kagome Kagome (nom d’un jeu d’enfant), la troupe KIRIE a enchanté le public en mêlant la chorégraphie des pinceaux à celle des artistes qui dansaient sur scène. Miho, calligraphe professionnelle primée par le ministère de la Culture du Japon, s’est elle aussi produite sur la scène Sakura avec le beatboxer Waccha et la joueuse de koto Gaho TAKAHASHI, pour une performance mêlant les genres.

Enfin, sur le stand de Pigments et Arts du Monde, l’ambiance était artistique comme le laisse imaginer son nom. Le stand mettait en lumière le nihonga – peinture traditionnelle japonaise –, la calligraphie, l’origami et l’etegami – une image accompagnée par quelques mots dessinés à la main sur une carte. Des ateliers permettaient au public de s’initier à ces arts, tandis qu’ils pouvaient aussi admirer les œuvres des artistes Koyo EGAWA, Valérie EGUCHI, Eriko MATSUDA et Priscilla MOORE. La Yuai Association, en plus de l’origami, vous invitait à essayer la calligraphie et l’orizome.

Arts de vivre

La culture et les traditions japonaises s’invitent dans le quotidien et font partie intégrante de l’art de vivre à la japonaise, comme l’art du thé. Plusieurs stands vous permettaient de vous initier à la préparation minutieuse du thé et de découvrir des thés verts japonais. D’autres stands proposaient la vaisselle nécessaire à la préparation et de nombreux objets traditionnels. De quoi vous préparer un thé comme au Japon à la maison ! 

Les associations vous faisaient découvrir les jeux traditionnels japonais comme le go, le shôgi ou l'othello. Le mah-jong, jeu d’origine chinoise très populaire au Japon était aussi de la partie. Soleil Levant vous proposait d’autres jeux moins connus comme le karuta (jeu de cartes avec des symboles), le sakura (sorte de jeu de l’oie), le gomoku (jeu de plateau) ou encore le Yôkai no Mori, inspiré du shôgi. Initiations aux règles de base, perfectionnement pour les initiés, tournois : tout était réuni pour vous faire passer de bons moments entre amis ou en famille, ou pour défier les meilleurs joueurs présents.

Le bien-être fait partie intégrante des arts de vivre au Japon : l’Institut de reiki et Iokaï Shiatsu Paris vous offraient une pause dans le calme des cabines installées pour l’occasion. Derrière les rideaux des stands, les praticiens proposaient gratuitement aux visiteurs des séances de relaxation.

Vous pouviez aussi vous détendre dans l’ambiance kawaii du jardin japonais de Hello Kitty : changement de décor total avec le traditionnel pont rouge, son jardin zen et son arbre à tanabata plein de vœux. Et un photocall pour les photos souvenir.

Les enfants n’étaient pas en reste et eux aussi étaient invités à découvrir la culture japonaise sur l’espace enfants avec des ateliers d’origami et des lectures de contes organisés par la Bibliothèque nationale de France, ainsi que des spectacles de kamishibai (théâtre de papier japonais traditionnel) proposés par la Yuai Association. Une conteuse de kamishibai a présenté des contes folkloriques illustrés par des images : Le Singe et le crabe, La Légende d'Urashima Tarô, et Le Moineau à la langue coupée.

Tags :

  • Musique
  • Culture & traditions
  • Arts de vivre

Suivez-nous

Publicité

Japan Expo Aime

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Connectez-vous !
Connexion
Ou
Mot de passe oublié