Japan Expo - 6 au 9 Juillet 2017 Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte
Rejoignez-nous ! 69 Jours 03 : 19 : 16
Publicité
Actualité

Le saviez-vous ? Les co-productions Europe-Japon dans l’animation

Dès le début des années 70, l’animation européenne se lance dans une nouvelle aventure en se rapprochant du Japon pour créer des co-productions qui donneront des séries devenues culte !

Publié le
 
 

Les premières co-productions entre la France et le Japon naissent au début des années 70 (en Italie également avec Calimero par exemple) grâce à au réalisateur et directeur artistique René BORG qui a travaillé dans le domaine de l’animation. Par le biais de l’actrice japonaise Keiko KISHI, mariée à son ami, le réalisateur Yves CIAMPI, René BORG rencontre le directeur du studio Eiken. C’est avec ce studio qu’il réalise les aventures d’Oum le dauphin blanc au début des années 70, première co-production franco-japonaise. La série ne compte que 13 épisodes mais ouvre la voie à des collaborations futures.

Quatre ans plus tard, René BORG apporte son aide au réalisateur, auteur, scénariste et producteur Albert BARILLÉ et à sa société Procidis. Ce dernier produit alors au sein du studio Tatsunoko Pro une série animée de 50 épisodes, dérivée des aventures de l’ours Colargol, une fiction mettant à l’origine en scène des marionnettes. La série est diffusée au début des années 70 sur l’ORTF et devient très populaire auprès du public français. Devant ce succès, Albert BARILLÉ et René BORG réitèrent l’expérience, toujours au sein du studio Tatsunoko Pro, avec le premier opus de la grande saga des Il était une fois... : Il était une fois... l’homme.

 
 

L’ère des co-productions franco-japonaises est lancée ! Quelques mois plus tard, le producteur et scénariste Jean CHALOPIN, toujours accompagné de René BORG, se rend au Japon avec un nouveau projet : Ulysse 31. La série réalisée en co-production est un succès phénoménal qui contribuera à lancer la société DIC. La série n’est diffusée à la télévision japonaise qu’en 1988, soit sept ans après que la France l’ait découverte.

Suivront des titres emblématiques comme Les Mystérieuses Cités d’Or en 1982 ou Il était une fois... l’espace en 1984. En Italie aussi, des co-productions à succès voient le jour, notamment Sherlock Holmes réalisé par Kyousuke MIKURIYA et nul autre que Hayao MIYAZAKI.

Les sociétés DIC, Procidis ou Rever continuent de produire des séries au Japon mais ce sont plutôt désormais des productions financées par une seule partie que de véritables co-productions. En 2010, Ankama se lance de nouveau dans l’aventure des co-productions avec de grands auteurs japonais sur les licences du groupe, avec plus ou moins de succès. 

 
 
 

L’animation japonaise a 100 ans : fêtez cet événement avec nous ! 

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS SUR ANIMÉ 100

Commentaires
2 commentaires
0 / 500
kidaxia77, 18 ans
Waaaa que de souvenirs !
juju_the_ghost, 43 ans
Est-ce une erreur de ma part, mais dans les coproductions avant Ankama, il y a eu Savin Yeatman-Eiffel avec Oban Star racer (2006) et Valerain et Lareline en 2007, soit 4 et 3 ans avant Ankama.

Aucun commentaire.

Suivez-nous

Publicité

Japan Expo Aime

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Connectez-vous !
Connexion
Ou
Mot de passe oublié